14 avril 2024

Crédit : La fille d'à côté

Une interview de Melville Tilh-Plunvenn, autrice de jeux de rôle.

Melville revient sur sa découverte du jeu de rôle ado avec Donjons et dragons, puis ses découvertes et les jeux qui l’ont incitée à explorer une autre forme de narration, et notamment Wushu de Simon Wahsbourne ou encore Rêve de dragon.

Suite à l’évolution amenée fin des années 2000 avec le système Powered By The Apocalypse (PBTA), elle s’intéresse à des systèmes de jeu plus radicaux dans la lignée des créations de Avery Alder, avec notamment Monsterhearts.

Parmi ses créations, certaines reprenant le système Belonging Outside Belonging (BOB) sans meneuse et sans dé, Melville propose notamment :

  • La tétralogie Les Couleurs de l’amitié composée de Trois Jours de soleil, Quelque part sur la route, Se souvenir de Novembre et Les Bourgeons, qui explore les relations amicales entre les personnages des joueuses à des moments cruciaux de leur existence. Les quatre scénarios sont disponibles sous format pdf ici.
  • Bois dormant, illustré par Je suis une légume et édité par Dystopia, qui plonge les joueuses dans une cité dont une partie de la population est endormie et dont elles doivent prendre soin.
  • L’Insurrection, illustré par Willy Cabourdin et édité par Electric Goat, un jeu pour parle de la grande politique, de la révolution et de l’opposition des différentes forces en présence.

Melville évoque également les différentes façons de raconter une histoire commune que proposent le jeu de rôle, ainsi que les différences entre les jeux menés par l’intrigue (Plot driven) et ceux menés par les personnages (Character driven). Elle explique aussi rapidement les jeux dits Firebrands, tirant leur système du jeu de rôle éponyme créé par Vincent D. Baker, téléchargeable ici.

Enfin, Melville parle de jeux à la frontière entre jeu de rôle et jeux de société (Pour la reine, Alice is missing) et de jeux de société tout court (Unlock!, The Crew).

6 thoughts on “Interview – Melville Tilh-Plunvenn

  1. Tu interviewes vraiment des gens formidables : infinis mercis pour la mise en avant de ces profils ludiques qu’on entend trop peu.
    Fun fact : je suis en train de me faire l’intégrale de Ludologies depuis plusieurs semaines.

    1. oh la la merci mille fois, ton commentaire me fait vraiment très plaisir car c’est mon objectif de mettre en avant des personnes diverses et variées qui apportent au secteur ludique.

  2. Belle interwiew, super ! C’est vraiment intéressant tout ce travail autour de l’individualité, c’est vrai qu’à force de représenter l’aventure, l’exceptionnel ou encore le risque, le courage comme toujours venant de l’extérieur, on finit par en oublier nos propres conflits et quêtes intérieures ! Et je suis effectivement aussi raccord avec l’idée que le jeu de rôle mainstream, et les scénarios qui sont proposés en général répondent avant tout à une logique commerciale pour concerner un maximum de clientes potentielles, logique qu’on retrouve en général moins côté indé (que ce soit dans la sphère ludique ou une autre d’ailleurs) ce qui fait pour moi que tout produit issu de cette dernière aura beaucoup plus de pertinence en terme de représentation de notre époque !
    En tout cas, encore un grand merci à toi Polgara pour cette super interwiew, et merci à toi Melville pour ces jeux qui m’ont remplis de curiosité !

  3. Tout à fait d’accord avec Vianney, quel plaisir d’entendre des acteurs du jeu qui passent habituellement sous les radars (à moins de creuser profond). Merci pour tous ces entretiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *