14 avril 2024
Non, le secteur ludique n'est pas épargné par les comportements masculins toxiques !

Depuis quelques semaines, si vous fréquentez le réseau social X (anciennement Twitter), vous avez pu lire des posts concernant le comportement toxique d’une personne du monde ludique à l’égard de plusieurs femmes. Vous avez pu vous demander de qui il s’agissait. Peut-être voulez-vous le savoir pour vous protéger de cette personne ou encore parce que, soyons honnêtes, on peut éprouver une certaine curiosité.

À ce stade, ce nom ne peut pas être communiqué et ne le sera pas, pour les raisons suivantes :

  • notre première volonté est de protéger les victimes de cette personne. Nous sommes là pour écouter et soutenir, mais aussi alerter pour éviter d’autres victimes.
  • sans manifestation expresse de la volonté des femmes concernées de rendre publics des éléments matériels, une action en diffamation de la part de cette personne est possible, et le but n’est pas de lui offrir des moyens légaux de poursuivre ses victimes en justice.
  • certains des éléments en question, comme une drague lourde et insistante, un comportement manipulateur et toxique, ne sont pas pénalement répréhensibles mais relèvent davantage du comportement inapproprié.

Ce cas particulier ne doit pas être pris pour un cas isolé. Au contraire, suite aux échanges consécutifs à ces posts, d’autres témoignages portant sur des comportements problématiques ont été portés à notre connaissance, révélant des agissements encore plus graves.

Le fait de recueillir ces différents témoignages nous a conduits à décider de mettre en place un système de soutien et un espace de témoignage.

Le secteur du jeu est tout aussi gangréné que les autres par des attitudes masculines toxiques : il ne bénéficie d’aucun totem d’immunité contre ce mal qui touche l’ensemble de la société. De nombreuses causes expliquent en revanche que ce problème ait été occulté jusqu’à aujourd’hui.

En premier lieu, les cibles de ce type d’agissements, dans n’importe quel domaine, privé ou professionnel, témoignent rarement de façon publique. La peur de ne pas être prises au sérieux, la crainte de voir le manipulateur renverser le poids de la culpabilité, mènent en effet souvent les victimes à la résignation, et comble de la relation abusive, à la conclusion qu’elles pourraient même payer les conséquences de leur prise de parole.

En outre, le milieu ludique est un secteur qui demeure résolument masculin, d’autant plus lorsque l’on regarde la partie professionnelle du secteur. Même si de nombreux hommes se pensent comme alliés lorsque le sujet est évoqué de façon théorique, sans cas précis, les réactions changent souvent lorsqu’il s’agit de remettre en question leur relation avec une personne précise.

Peut-être est-ce déjà un co-auteur, un auteur à succès qu’on admire ou dont vient de sortir un jeu qui devrait cartonner.

Peut-être est-ce même un ami avec qui on a partagé un verre en festival ou une colocation.

Peut-être même est-on parti en week-end ludique avec lui.

Peut-être le jeu qu’il a édité est-il en lice pour un Spiel ou un As d’Or.

Il ne faut jamais sous-estimer l’effet boys club qui conduit presque inconsciemment les hommes à se serrer les coudes entre eux en cas de tempête plutôt que de remettre en question leur vision du monde.

Pour ce qui est de l’homme objet du premier témoignage, il est d’ores et déjà établi qu’il a formulé des avances insistantes, tenu des propos misogynes et méprisants envers les femmes du secteur ludique, et mis en avant pour « impressionner » son statut professionnel dans ce milieu. À ce stade, rien n’est pénalement répréhensible. Certains témoignages le concernant sont néanmoins encore incomplets : on sait que les victimes ont besoin de temps pour libérer leur parole et dire ce qu’elles ont subi.

Comme dit précédemment, il ne s’agit pas d’un cas isolé. D’autres personnes faisant preuve de comportements problématiques nous ont été signalées au fil des jours : remarques sexistes sur le lieu de travail, sous-entendus à caractère sexuel insistants, envoi de photos à caractère intime non sollicité.

Dans ce contexte, et parce que notre première motivation est d’aider et soutenir les victimes, nous proposons la création d’un serveur Discord dédié, Women In Boardgames (à l’instar de Women In Games), non mixte, au sein duquel les femmes qui le souhaitent pourront trouver écoute, soutien et conseils. L’objectif est donc clairement de partager les schémas d’agissements des personnes problématiques (insistance sur les différents réseaux ou plateformes, comportements déplacés, etc).

D’autres démarches seront peut-être mises en place à l’avenir, mais nous ferons appel pour cela au soutien de personnes compétentes (avocats, associations, etc). A cet égard, nous avons conscience que ces attitudes déplacées ne se limitent pas au seul cadre hétérosexuel. De plus, d’autres comportements posent problème dans ce secteur tels que l’homophobie ou toute forme de discrimination. Aucune cause n’est plus importante qu’une autre mais nous ne pouvons matériellement pas mener tous les combats. Néanmoins, l’espace témoignages par mail ou via le formulaire et notre soutien sont ouverts à toutes et tous, et nous aiderons au mieux les personnes concernées par toute forme de discrimination ou de harcèlement.

Précisons qu’un anonymat total ne peut être garanti sur le serveur Discord sauf à se créer un compte dédié.

Pour rejoindre ce Discord, vous pouvez contacter l’une des 4 signataires de cet article qui vous invitera à rejoindre le serveur. Vous pouvez nous contacter sur X (Twitter), Instagram, Facebook, Mastodon.

Vous pouvez également nous contacter via une adresse mail dédiée qui servira également à recueillir des témoignages : metoo.jds@gmail.com

Enfin, vous pouvez également utiliser le formulaire ci-après : https://forms.gle/Na77vEZHSH99HUJy5

Pour faire cesser ces agissements, nous avons besoin que toutes et tous partagent cette information, la création du serveur Discord, l’e-mail de contact et le formulaire.

Ce sujet est l’affaire de toutes et tous. Même si vous n’êtes pas directement concernées mais que vous souhaitez concrétiser votre appui, le plus important est de croire la parole des victimes et de les soutenir en toute circonstance.

Être un bon allié ou une bonne alliée, c’est partager et diffuser cet article sans chercher à connaître le nom des personnes concernées, sans formuler de leçons sur comment faire.

En revanche, si vous faites partie d’une association d’aide ou de soutien aux victimes, votre expertise est précieuse et nous serions ravies d’obtenir des conseils avisés.

Encore une fois, nous insistons sur le fait que le nom des personnes identifiées comme problématiques ne peut pas être officiellement révélé par souci de protection des victimes, qu’elles témoignent ou non, et pour éviter une action en diffamation à l’encontre de celles qui prendraient la parole.

Enfin, nous vous invitons à écouter / lire les ressources suivantes pour savoir comment agir et réagir autour de ce sujet de société :

Podcast “Les Couilles sur la table” : https://www.binge.audio/podcast/les-couilles-sur-la-table/01-comprendre

Dorine aka Barrique à dés, Audrey aka Ludodrey, Stéphanie aka StephLudik et Polgara

31 thoughts on “Toxicité dans le secteur ludique

  1. Excellente démarche en effet nécessaire et malheureusement aussi à étendre à la toxicité raciste, homophobe et autres comportements discriminatoires

  2. Enfin…après avoir entendu plusieurs témoignages en direct, de la part de femme, c’est une super démarche. Cela permettra de sortir ces « animaux » du milieu, où encore beaucoup trop de monde pense que tout le monde est sympa et que c’est une grande famille.

  3. « Il ne faut jamais sous-estimer l’effet boys club qui conduit presque inconsciemment les hommes à se serrer les coudes entre eux en cas de tempête plutôt que de remettre en question leur vision du monde. »

    Je ne suis pas trop d’accord, c’est limite déculpabilisant de dire ca, l’effet boys club, c’est de la merde, et ca doit être encore + combattu, car c’est un rouage fort de l’omerta.
    Hors de question, que je me sert les coudes avec ces mecs

    1. hello
      malheureusement c’est ce qu’on constate quand on passe de la généralité à un cas particulier.
      c’est un phénomène très fortement identifié

  4. Merci ! Ça fait quelques temps déjà que je dénonce un de ces nuisibles du secteur ludique (et il y en a) mais je me prend souvent des tombereaux d’insultes. Heureusement, la personne en question n’est plus active (en tant qu’éditeur et auteur de jeu) et c’est un bon début.

  5. Aucun milieu n’est épargné, c’est vrai… Pour le coup je ne travaille pas dans le milieu ludique, mais dans l’informatique, 99% d’hommes, et à voir les comportements (pas si minoritaires qu’on aimerait le croire…) récurrent envers les femmes, on a du mal à croire qu’on est en 2023…
    Bref, partage évidemment.

  6. L’univers du jeu est fantastique dans sa capacité à accueillir en réussissant autour d’une table où sur un terrain à être heureux ensembles… jouer pour le plaisir, dépasser les peurs de nos peurs… de nous retrouver au-delà de toute différence pour le plaisir du jeu…
    Continuons a oser le meilleur sans être naïf : le tricheur reste un tricheur que ce soit dans la discrimination ou face à tous nos talents de vie.
    Il y a encore à être vigilant !
    Continuons à aimer le jeu et à le faire aimer ensemble !

  7. Je pose souvent la question aux femmes si elles ont été draguées à posteriori dans les soirées jeux que je fais parce que c’est souvent un phénomène invisible.
    On se réuni souvent entre 20 et 30 personnes. On ne peut pas avoir l’œil partout mais ce genre de comportement est inacceptable.
    Le ou les noms cachés m’intéressent bien par curiosité mais ça ne changera pas ce qui a été fait. C’est de prévenir que ça n’arrive plus jamais qui reste un immense problème

  8. Je suis auteur. Je vais à toutes les conventions et soirées de jeu possibles depuis 5 ans et je n’ai pas cette impression sur le milieu. C’est peut-être différent au Québec. Je suis naïf? Peut-être que c’est moi qui croit que tout le monde est gentil avec tout le monde. J’entend bien du potinage, mais jamais d’histoire de la sorte. « Il ne faut jamais sous-estimer l’effet boys club qui conduit presque inconsciemment les hommes à se serrer les coudes entre eux en cas de tempête plutôt que de remettre en question leur vision du monde. » Franchement. On est pas si simple. « L’effet boys club ». « les hommes ». C’est un milieu super ouvert ou j’ai vu des personnes trans s’affirmer sans transphobie, les filles sont respectées et font partie de la gang. J’ai vu des couples se former, mais tout se fait dans le respect. J’ai vraiment pas cette vision, j’ai même aucune anecdote de la sorte en tête. L’étiquette « les hommes » je la porte, mais je m’identifie tellement pas à elle. Il y a des hommes gentils dans la vie vous savez? J’aurais même tendance à dire qu’ils sont plutôt gentil « les hommes » dans le milieu du board games!

    1. Bonjour Jeff
      C’est top si le milieu que tu fréquentes est safe et que tu en es sûr à 100%. Pour notre part, c’est après avoir recueilli plusieurs témoignages que nous avons décidé de publier cet article et notre seule motivation est d’apporter du soutien aux personnes qui ont été victimes de ces comportements, qui bien souvent n’en parlent pas pour les raisons que nous évoquons. Aussi, parce que parfois la répétition de comportements que certains qualifient d’anodins révèlent une véritable toxicité.
      S’agissant des hommes, on parle ici d’un groupe social pas d’une masse d’individus pris isolément. Il s’agit d’un phénomène social identifié pas d’un groupe particulier de joueurs. Sinon, c’est une nouvelle fois nier la parole des victimes.
      Enfin, ce n’est pas parce que à titre perso on n’a rien vu que ça n’existe pas. Rien n’est fait dans notre société pour rendre visible ces comportements, ce n’est que récemment que la parole se libère, et encore elle est souvent minimisée.
      Nous recevons beaucoup de témoignages qui nous confortent dans l’idée que notre démarche peut être utile, et parce que nous voulons juste offrir un espace de parole libre. Les agresseurs, on s’en fout, ils ne nous intéressent pas.

  9. Salut a tous. Je suis dérouté. L article est sur un ton d urgence. Les faits doivent etre serieux.
    Oui naivement je pensais le monde ludique plus bisnounours mais là ca me dépasse.
    Je n est pas de reseau particulier juste merci a ceux qui comme toi polgara se mobilise et aide .
    Moi de mon côté, je serai vigilant a mon attitude et celle des personnes autours de la table.

  10. Pour ma part, tout au cours de ma vie, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai pu entendre et/ou subir des remarques homophobes. Ca me terrifie les fois où je réalise à quel point mon cerveau les a presque normalisé avec le temps… qu’il a integré cette violence du quotidien. Bref soutient à 500%. Force à toutes les victimes

    1. Merci beaucoup de ce retour, qui explique si justement comment on s’habitue à tout même à l’abject, comment on intègre les propos des agresseurs à notre propre mode de pensée
      On a conscience qu’il y a tellement à faire dans le milieu, à l’instar de la société, on espère que le combat ne fait que commencer

  11. Bonsoir Polgara,

    je viens de penser à ça, mais est-il possible de republier cet article sur Tric Trac (soit en perso, soit en contactant l’équipe du CNR) ? Je ne sais pas s’il y a encore beaucoup de monde qui suit les rares news postées en ce moment, mais je me dis que ça ne peux qu’augmenter la visibilité de votre action.

  12. Très bonne idée que la création de ce discord, en effet en tant qu’homme on a toujours été loin de voir ce qui peut se passer, quelque soit le milieu.

    J’ai déjà entendu parler de 2-3 personnes du milieu ludique qui avaient eu/ont des comportements de forceurs et/ou déplacés avec les femmes, et ne ferme pas les yeux sur ce qui peut arriver quand on est du sexe opposé, entre les réflexions, commentaires, et bien plus.

    Courage à vous, et ne vous laissez pas faire. Je recommanderai le discord à toutes personnes qui me confieraient quelque chose.

  13. En tant qu’homme (purée, combien de commentaires vont encore commencer par cette phrase)… En tant que professionnel du secteur depuis plus de temps qu’il n’en faut pour finir la lecture des règles d’ark nova, je peux témoigner sans problème que ce phénomène a TOUJOURS existé. Je peux témoigner que des noms d’agresseurs vous feraient froid dans le dos. Et le concept du boy-club lié à un succès ou une célébrité microcosmique est tellement réel qu’on peine à y croire…On peine à y croire les 40 premières fois que le phénomène se produit devant vos yeux.

    Alors triste ou heureuse initiative, elle devait voir le jour, et exister tant que « vagin » sera synonyme d’appartenance à une minorité, j’espère la liberté de parole avec une tolérance zéro ! j’ai surement moi-même été acteur de saloperies dans ce genre, directement ou indirectement, et j’aurais vraiment aimé que les rôles s’inverse pour chacun des joueurs qu’ils soient agresseur, complice ou simplement témoin, parce que j’ai la sensation de jouer des fois dans un milieu néandertalien qui, une fois le pion poussé, une fois la carte battue, se remet à penser avec son penis.

    Merci à vous, mesdames, de prendre soin de vous-même parce que clairement, vous ne pouvez pas compter sur nous pour le faire !!

  14. PS: et j’ai oublié de mentionner la « savoureuse » (quand on aime le vomi) réponse du chief operating officer, Ryan Dancey, de chez AEG à Elisabeth Hardgrave concernant la non-représentativité des femmes (et autres groupes) dans les listes d’attribution de prix ludiques : “I wonder if that gap accounts for a good part of the missing female design cohort – females are socialized in the West to avoid situations where they’re subjected to fairly harsh criticism of their abilities and creative ideas. Males are socialized to take the punches and keep moving forward.”

    Atta, les femmes, pas habituées à s’en prendre plein la tronche dans le monde du travail? trop sensibles à la critique (quand elles ne se font pas tout simplement piquer leurs idées….)

    https://www.dicebreaker.com/categories/board-game/news/ryan-dancey-aeg-apologises-for-sexist-reply-elizabeth-hargrave-twitter-criticism

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *